L’imagination de Coleridge à Baudelaire : positivement apparentée avec l’infini