L'inépuisable fonds de l'universelle analogie: Baudelaire et la comparaison