Des espaces mnémoniques de Proust à la mémoire vivante de la littérature