À propos du parallélisme entre deux discours d’ambassade à Sparte (Xén. Hell. V, 2, 12-19 et VI, 1, 4-16)