Marguerite Yourcenar et Proust : l'écriture rayonnant de la mort