Yourcenar, Flaubert, ou l'empathie par la prose